Affaire des écoutes : des avocats épiés par le PNF, Nicolas Sarkozy dénonce « une accumulation de dysfonctionnements »

    0
    7

    S’aimer comme on se confine : « Il n’avait pas envie de venir et maintenant on va rompre »

    « Le Point » révèle des investigations d’ampleur menées par le Parquet national financier sur des ténors du barreau, pour tenter d’identifier une « taupe » éventuelle dans l’affaire dite « des écoutes ».

    Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 18h14, mis à jour à 19h32

    Le Parquet national financier (PNF) a enquêté, en vain, entre 2014 et 2019, pour identifier la « taupe » éventuelle qui aurait informé Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog qu’ils étaient sur écoute, selon l’hebdomadaire Le Point, jeudi 25 juin.

    D’après le journal, les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff) ont épluché les factures téléphoniques détaillées (« fadettes ») de nombreux ténors du barreau de Paris et de leurs collaborateurs, parmi lesquels Eric Dupond-Moretti, Jean Veil, Jacqueline Laffont ou Hervé Témime, mais aussi d’une magistrate ou des lignes fixes du PNF. Certains ont même été géolocalisés.

    L’existence de cette enquête préliminaire, parallèle à l’information judiciaire sur l’affaire dite « des écoutes », était connue et dénoncée de longue date par la défense de M. Sarkozy, mais pas son contenu ni l’ampleur de la surveillance de tous ces avocats. Ouverte en mars 2014 pour « violation du secret professionnel », elle a finalement été classée sans suite en décembre 2019, presque six ans plus tard, toujours selon Le Point.

    « Demander des “fadettes” est juridiquement possible en enquête préliminaire sans que la loi n’impose d’informer le bâtonnier », a sobrement commenté le PNF.

    Les personnes dont le PNF a épluché les « fadettes » ont toutes la particularité d’avoir été en contact téléphonique avec M. Herzog le 25 février 2014. Lui et M. Sarkozy sont soupçonnés d’avoir appris ce jour-là qu’ils avaient été placés sur écoute dans une affaire qui leur vaut un procès pour « corruption », « trafic d’influence » et « violation du secret professionnel ». Le but du PNF était de retrouver la « taupe » éventuelle par laquelle l’information aurait transité.

    La révélation de l’ampleur des investigations entreprises a suscité une forte émotion chez les avocats concernés. M. Dupond-Moretti a évoqué auprès de l’Agence France-Presse (AFP) « des méthodes de barbouzes » et annoncé sur LCI un dépôt de plainte. « Ça montre l’aspect désespéré de la procédure, on va chercher jusqu’au bout du monde des preuves qui n’existent pas, tout ça pour déboucher sur un constat d’échec et le cacher à la défense », a réagi auprès de l’AFP Paul-Albert Iweins, l’avocat de M. Herzog.

    Le bâtonnier de Paris, l’avocat Olivier Cousi, a annoncé à l’AFP « une action » en justice « au nom de l’ordre des avocats de Paris ». Il dit avoir demandé au célèbre pénaliste Henri Leclerc « de bien vouloir réfléchir, au sens procédural, à quelle action engager », ce qui pourrait passer par « une action pénale » ou « civile en responsabilité de l’Etat ».

    M. Sarkozy a, de son côté, dénoncé une « invraisemblable accumulation de manquements et de dysfonctionnements ». « En réaction aux révélations du Point, je n’exprime qu’une seule demande : le respect de l’Etat de droit », a affirmé sur Twitter l’ancien président de la République, qui doit être jugé dans l’affaire des écoutes du 23 novembre au 10 décembre.

    En réaction aux révélations du @LePoint , je n’exprime qu’une seule demande : le respect de l’Etat de droit. En con… https://t.co/x7wzJCQzn8

    Dans cette affaire, M. Sarkozy est soupçonné d’avoir tenté d’obtenir début 2014, par l’entremise de M. Herzog, des informations secrètes auprès de l’ancien haut magistrat à la Cour de cassation Gilbert Azibert dans une procédure en marge de l’affaire Bettencourt, en échange d’un coup de pouce pour un poste à Monaco.

    Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

    En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

    Le Monde utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité. En savoir plus et gérer les cookies.

    Source: https://news.google.com/__i/rss/rd/articles/CBMitwFodHRwczovL3d3dy5sZW1vbmRlLmZyL3BvbGl0aXF1ZS9hcnRpY2xlLzIwMjAvMDYvMjUvYWZmYWlyZS1kZXMtZWNvdXRlcy1kZXMtYXZvY2F0cy1lcGllcy1wYXItbGUtcG5mLW5pY29sYXMtc2Fya296eS1kZW5vbmNlLXVuZS1hY2N1bXVsYXRpb24tZGUtZHlzZm9uY3Rpb25uZW1lbnRzXzYwNDQxODRfODIzNDQ4Lmh0bWzSAQA?oc=5

    World news – Affaire des écoutes : des avocats épiés par le PNF, Nicolas Sarkozy dénonce « une accumulation de dysfonctionnements »

    QU’EN PENSEZ-VOUS?

    [comment]

    PUB

    Laisser un commentaire, votre avis compte!

    [gs-fb-comments]

    Laisser un commentaire, votre avis compte!

    Laisser un commentaire, votre avis compte!