Ebene Magazine – Aperçu de Nvidia Analyst Day: ce que vous devez savoir, selon RBC

0
0

Nvidia (NVDA) lancera la semaine avec sa journée annuelle des analystes. Bien que Mitch Steves de RBC ne s’attende pas à ce que la société modifie de manière significative ses prévisions ou ses perspectives à long terme, l’analyste a dressé une liste d’éléments que les investisseurs devraient rechercher.

Le segment Q&A sera le plus intéressant pour Steves, qui devrait fournir des «points de données incrémentiels» autour des centres de données, de l’automobile et de l’exploitation minière d’Ethereum.

Ce dernier, en particulier, devrait avoir un impact trimestriel positif dans le cadre du principal moteur de revenus de Nvidia – la division des jeux.

Steves anticipe un battement significatif au sein du segment, stimulé par une montée en flèche de l’exploitation minière d’Ethereum. Bien qu’il ne s’agisse pas de jeux en soi, l’exploitation minière implique des GPU, et Steves explique comment Nvidia pourrait tirer parti de l’environnement cryptographique haussier actuel.

«En utilisant les informations des données publiques de la blockchain, nous pouvons voir que le taux de hachage Ethereum a augmenté de 163533 GH / s du 31 janvier au 8 avril. Cela représente la quantité de puissance de calcul ajoutée au réseau, et si nous supposons un ASP de 699 $ avec un taux de hachage moyen de 100MH / s, il en résulte un chiffre d’affaires total d’environ 1,15 milliard de dollars », a noté l’analyste 5 étoiles. « Environ 2/3 de ce montant provient probablement des GPU NVDA, et nous prenons une autre réduction de 66% de la ligne de revenus en raison de la distribution, ce qui se traduit par ~ 500 millions de dollars jusqu’à présent au cours du trimestre. »

Le minage de crypto est déjà vieux chapeau par rapport à une autre tendance qui devrait devenir de plus en plus lucrative. Steves note le changement d’intérêt des investisseurs autour du «point d’inflexion pour les voitures autonomes / le contenu NVDA autonome». L’analyste s’attend à des «revenus significatifs» de cette opportunité pour le segment automobile de Nvidia d’ici 2023.

Ailleurs, M. Steves affirme que «les comparaisons du cycle de produits de l’année dernière et de la transaction Mellanox» font que les investisseurs s’attendent à une baisse des revenus du centre de données. Cependant, Steves n’est pas inquiet ici et pense que «la demande reste saine».

Alors, c’est bien pour Nvidia, mais qu’est-ce que tout cela signifie pour les investisseurs? Steves évalue NVDA comme surperformance (c.-à-d.Achat) soutenu par un objectif de cours de 610 $. Il y a une légère hausse de 6% par rapport aux niveaux actuels. (Pour regarder le palmarès de Steves, cliquez ici)

Le reste de la rue est plus optimiste. Les prévisions sont des gains de 12,5% sur 12 mois étant donné que l’objectif de prix moyen est de 647,88 $. En termes de notation, Nvidia reste un favori de Wall Street; sur la base de 24 achats contre 4 prises, le consensus des analystes évalue l’action comme un achat fort. (Voir l’analyse boursière Nvidia sur TipRanks)

Avertissement: Les opinions exprimées dans cet article sont uniquement celles de l’analyste présenté. Le contenu est destiné à être utilisé à des fins d’information uniquement. Il est très important de faire votre propre analyse avant de faire tout investissement.

Le président américain Joe Biden a déclaré lundi lors d’une réunion avec des dirigeants de grandes entreprises pour discuter de la pénurie mondiale de puces qu’il avait un soutien bipartisan pour une législation visant à financer l’industrie des semi-conducteurs. Il exhortera le Congrès à investir 50 milliards de dollars dans la fabrication et la recherche de semi-conducteurs dans le cadre de son objectif plus large de reconstruire la fabrication américaine en tant que puissance de la plus grande économie du monde – et source d’emplois bien rémunérés – après des années de baisse des investissements et de croissance de la productivité, a déclaré un haut responsable de l’administration.

Nvidia Corp a annoncé lundi son intention de fabriquer une puce de processeur de serveur basée sur la technologie d’Arm Ltd du Royaume-Uni, la plaçant dans la concurrence la plus directe à ce jour avec son rival Intel Corp et ajoutant une couche de complexité à l’examen antitrust de l’accord de 40 milliards de dollars de Nvidia. pour acheter Arm. Intel est le plus grand fabricant mondial de processeurs centraux pour les serveurs de centres de données, mais a de plus en plus vu la concurrence des puces basées sur Arm. Avec son processeur serveur « Grace », Nvidia sera le plus grand fabricant de puces à ce jour à défier Intel sur son marché clé.

(Bloomberg) – Nvidia Corp. a déclaré offrir les premiers microprocesseurs de serveur de la société, étendant ainsi une poussée sur le marché le plus lucratif d’Intel Corp. avec une puce destinée à gérer les travaux informatiques les plus complexes. Les actions d’Intel ont chuté d’environ 4% et les actions de Nvidia ont gagné à la nouvelle.Le fabricant de puces graphiques a conçu une unité centrale de traitement, ou CPU, basée sur la technologie d’Arm Ltd., une société qu’il tente d’acquérir auprès du groupe japonais SoftBank Group Corp. Le centre de calcul intensif et le laboratoire national Los Alamos du département américain de l’énergie seront les premiers à utiliser les puces dans leurs ordinateurs, a déclaré Nvidia lundi lors d’un événement en ligne. et les tâches informatiques gourmandes en données dans les centres de données. Les processeurs, en revanche, sont un type de puce qui est plus généraliste et peut effectuer des tâches de base telles que l’exécution de systèmes d’exploitation. L’expansion dans cette catégorie de produits ouvre plus d’opportunités de revenus pour Nvidia.Le fondateur et PDG Jensen Huang a fait de Nvidia le fabricant de puces américain le plus précieux en tenant sa promesse de donner aux puces graphiques un rôle majeur dans l’explosion du cloud computing. Les revenus des centres de données représentent environ 40% des ventes de l’entreprise, contre moins de 7% il y a cinq ans à peine. Intel détient toujours plus de 90% du marché des processeurs de serveur, qui peuvent se vendre à plus de 10000 dollars chacun.Le processeur, nommé Grace en l’honneur de la défunte informaticienne Grace Hopper, est conçu pour travailler en étroite collaboration avec les puces graphiques Nvidia pour mieux gérer les nouveaux problèmes de calcul qui viendront avec un billion de paramètres. Les systèmes fonctionnant avec la nouvelle puce seront 10 fois plus rapides que ceux utilisant actuellement une combinaison de puces graphiques Nvidia et de processeurs Intel. Le nouveau produit sera disponible au début de 2023, a déclaré Nvidia. Advanced Micro Devices Inc. est le seul autre fabricant de ces processeurs et puces graphiques X86. «Ce qu’il faut retenir, c’est que Nvidia prend au sérieux les processeurs et ne sera pas limité par X86 appartenant à Intel et AMD», Hans Mosesmann, analyste chez Rosenblatt Securities , a déclaré dans une note de recherche. «Le niveau d’innovation des plates-formes est ahurissant et quelque chose que les concurrents du silicium seront chargés de faire correspondre pendant de très nombreuses années à venir.» Nvidia présente le nouveau processeur aux propriétaires de centres de données – des hyperscalers tels que Amazon.com Inc. AWS et Google d’Alphabet Inc. – comme moyen d’exploiter plus efficacement les logiciels d’intelligence artificielle et d’améliorer la capacité à donner un sens au flot de données qu’ils reçoivent.Former un programme à l’aide d’un billion de points d’informations peut prendre aussi longtemps que un mois actuellement. Grace réduira cela à trois jours, selon Ian Buck, vice-président de Nvidia. Pour les utilisateurs finaux de services cloud, cela mènera à des ordinateurs capables de comprendre le langage humain naturel et de rendre l’aide automatisée en ligne beaucoup plus efficace, a-t-il déclaré. La décision d’utiliser Grace contribuera à la quantité de machines qu’il pourra déployer, a déclaré le directeur du CSCS Thomas Schulthess dans une interview. La technologie Arm est largement utilisée dans les smartphones et autres technologies mobiles où les contraintes de durée de vie de la batterie signifient que les puces doivent être plus efficaces. La décision de Nvidia d’utiliser le savoir-faire d’Arm comme base de son processeur aidera probablement les propriétaires de centres de données qui ont des contraintes d’alimentation.L’utilisation de systèmes basés sur Grace pourrait aider CSCS à faire progresser l’art des calculs complexes tels que les prévisions météorologiques, a déclaré Schulthess. Les ordinateurs pourraient prédire avec plus de précision la trajectoire d’une tempête ou même fournir des perspectives climatiques sur toute la saison pour fournir une alerte précoce en cas de sécheresse, a-t-il déclaré. Des connexions plus rapides, de nouvelles puces de mémoire et la possibilité de partager de la mémoire contribueront à la performance globale du produit, a déclaré Nvidia. (Mises à jour avec les commentaires des analystes dans le sixième paragraphe.) Pour plus d’articles comme celui-ci, veuillez nous rendre visite sur bloomberg.com en avance avec la source d’information économique la plus fiable. © 2021 Bloomberg LP

Volvo Cars a annoncé lundi qu’elle utiliserait une nouvelle génération de puces haute puissance de Nvidia Corp pour permettre des fonctions de conduite plus autonomes dans les futurs véhicules, à partir de l’année prochaine. Volvo fait partie d’une foule de constructeurs automobiles nouveaux et établis qui font passer la puissance de traitement numérique avant la puissance alors qu’ils tentent de rattraper Tesla Inc. Pour Nvidia, l’accord Volvo, un accord similaire avec la start-up de véhicules électriques Faraday Future et d’autres accords attendus dans le les semaines à venir marqueront un redémarrage de la croissance de l’activité automobile de la société de traitement des jeux et des centres de données.

Il y a de plus en plus de preuves que les entreprises augmentent leurs dépenses en PC, serveurs, lecteurs de disque et autres matériels technologiques.

Le président Joe Biden doit participer lundi à une réunion virtuelle avec des dirigeants de 19 entreprises dans le cadre des efforts de son administration pour remédier à une pénurie de puces.

Les comptables mondiaux KPMG ont déclaré lundi que Jon Holt avait été élu par des partenaires pour diriger sa branche britannique de 2,3 milliards de livres (3,17 milliards de dollars), qui fait face à une amende potentielle et à une réforme majeure de l’industrie. Holt, responsable de l’audit depuis 2019, prend immédiatement le poste de PDG jusqu’en septembre 2025, en remplacement de Bill Michael, qui a démissionné après avoir appris qu’il avait dit à ses partenaires de « cesser de se plaindre » de l’impact du COVID-19 sur leur vie. «Le moment est venu de remettre en question les méthodes de travail et d’utiliser ce que nous avons appris pendant la pandémie pour vraiment mener des actions positives», a déclaré Holt dans un communiqué.

Les actions indiennes ont chuté de plus de 3% et la roupie a atteint son plus bas niveau en huit mois lundi alors qu’une flambée incessante des cas de COVID-19 et un possible verrouillage par un grand État menaçaient de faire dérailler la reprise de la troisième plus grande économie d’Asie. L’Inde a signalé une autre augmentation quotidienne record d’infections à coronavirus et a dépassé le Brésil pour être le deuxième pays le plus touché par la crise sanitaire lundi.

Les prix à la sortie des usines en Chine ont augmenté à leur rythme annuel le plus rapide depuis juillet 2018 en mars, alors que la croissance continuait de s’accélérer.

L’or a chuté lundi alors qu’une hausse des rendements du Trésor américain a atténué l’attrait des lingots, tandis que les investisseurs attendaient les principales données américaines sur l’inflation et les ventes au détail pour obtenir des indices sur la santé économique. L’or au comptant était en baisse de 0,5% à 1734,31 $ l’once à 11 h 23 HAE (15 h 23 GMT). Les contrats à terme sur l’or américains ont reculé de 0,6% à 1734,60 $.

Un nombre croissant de start-ups technologiques chinoises annulent leurs projets de cotation sur les marchés de style Nasdaq chez eux, avec des ventes d’actions à Hong Kong, alors que les régulateurs resserrent le contrôle des candidats à l’introduction en bourse après l’arrêt du flottant de 37 milliards de dollars d’Ant Group. Plus de 100 entreprises ont volontairement retiré leurs demandes d’inscription sur le marché STAR de Shanghai et ChiNext de Shenzhen depuis la résiliation par Ant de son introduction en bourse (IPO) en novembre, selon l’examen de Reuters des dépôts d’échange. Les retraits sans précédent interviennent dans un contexte de grillage fortement intensifié des perspectives de cotation par les régulateurs, entraînant des retards d’introduction en bourse, un rejet pur et simple, voire des sanctions, affirment les banquiers et les dirigeants d’entreprise.

Un nombre croissant de start-ups technologiques chinoises annulent leurs projets de cotation sur les marchés de style Nasdaq chez eux, avec des ventes d’actions à Hong Kong, alors que les régulateurs resserrent le contrôle des candidats à l’introduction en bourse après l’arrêt du flottant de 37 milliards de dollars d’Ant Group. Plus de 100 entreprises ont volontairement retiré leurs demandes d’inscription sur le marché STAR de Shanghai et ChiNext de Shenzhen depuis la résiliation par Ant de son introduction en bourse (IPO) en novembre, selon l’examen de Reuters des dépôts d’échange. Les retraits sans précédent interviennent dans un contexte de grillage fortement intensifié des perspectives de cotation par les régulateurs, entraînant des retards d’introduction en bourse, un rejet pur et simple, voire des sanctions, affirment les banquiers et les dirigeants d’entreprise.

Le directeur financier de HSBC et de Huawei Technologies, Meng Wanzhou, est parvenu à un accord dans un différend concernant la publication de documents relatifs à des allégations de fraude américaines à son encontre, ont déclaré leurs avocats à un tribunal de Hong Kong. Le différend juridique a atteint le tribunal de Hong Kong le mois dernier après qu’un juge britannique a bloqué en février la publication de documents internes de la HSBC relatifs aux allégations de fraude contre Meng.

(Bloomberg) – La crise croissante des coronavirus en Inde a critiqué les actions et la monnaie du pays, craignant de porter un nouveau coup à une économie qui ne fait que se remettre de la pire contraction en près de sept décennies. première fois depuis août 2020, alors que l’indice de référence S&P BSE Sensex a reculé de 3,4%, le plus haut niveau en près de deux mois. L’Inde a signalé un nombre record de 168912 nouvelles infections par jour, portant le total à 13,53 millions de cas, a annoncé lundi le gouvernement.De nombreuses provinces du pays, du centre financier de Mumbai à la capitale New Delhi, ramènent des restrictions plus strictes sur la circulation des personnes vers freiner la flambée des cas. Des rapports font état de lits d’hôpitaux manquant de ressources et de centres de vaccination refusant des personnes car elles sont à court de vaccins. Cela et une pénurie de vaccins «perturbent les marchés et personne ne sait si les verrouillages aideront à maîtriser les cas», a déclaré Deepak Jasani, responsable de la recherche retail chez HDFC Securities. Compte tenu de l’incertitude, «l’incitation à essayer de pêcher de fond à ce stade est limitée pour les commerçants». L’indice NSE Nifty 50 a chuté de 3,5%, faisant des principaux indices boursiers indiens les moins performants d’Asie lundi. Les 19 sous-indices sectoriels compilés par BSE Ltd. ont glissé, menés par une jauge des actions immobilières et industrielles.La résurgence du virus en Inde a incité certaines maisons de courtage à reconsidérer leur préférence pour les actions, qui sont les plus sensibles à la reprise économique. Nomura a réduit le poids des valeurs financières et des actions du ciment dans son portefeuille modèle, tandis que Jefferies a rétrogradé les banques indiennes pour les sous-pondérer après leur surpondération. Tout le monde n’est pas pessimiste. Les perspectives à long terme de l’Inde restent solides et toute baisse des actions due aux infections devrait être utilisée comme point d’entrée par les investisseurs, selon Prabhudas Lilladher Ltd. Les obligations ont conservé les gains de la semaine dernière, le rendement des billets de référence à 10 ans étant proche du plus bas depuis la mi-février, dans un climat d’optimisme selon lequel la banque centrale pourrait maintenir sa politique accommodante pendant longtemps. soutenir l’économie. La roupie a chuté de 0,4% pour clôturer à 75,0550 pour un dollar lundi. « Nous nous attendons à ce que la roupie faiblisse par rapport à l’USD comme l’ont fait les autres devises des pays émergents », et compte tenu de la lenteur des progrès de la vaccination, l’économie « sera plus lente à se redresser » Venkataraman, directeur général de IIFL Securities, a écrit dans une note (Mises à jour avec les cours de clôture; ajoute le commentaire de l’analyste IIFL dans le dernier paragraphe.) Pour plus d’articles comme celui-ci, veuillez nous rendre visite sur bloomberg.com source de nouvelles. © 2021 Bloomberg LP

(Bloomberg) – À l’intérieur d’un entrepôt de six étages près de l’aéroport Changi de Singapour, un vaste espace semblable à un hangar attend d’être rempli d’un métal précieux qui joue généralement le second rôle de son frère plus brillant. Bullion Pte Ltd. sera – une fois terminé au cours du premier semestre de l’année prochaine – en mesure de stocker 15 000 tonnes d’argent. Il ne contient que 400 tonnes de métal pour le moment, mais l’espace vacant indique que l’argent semble être à l’aube de quelques années prometteuses. frénésie d’achat en février qui a conduit les prix à un sommet de huit ans. Alors que la ferveur s’est apaisée, l’intérêt des détaillants est toujours élevé, les valorisations sont relativement bon marché et des mesures sont prises pour répondre à la flambée de la demande. La quantité d’argent stockée dans les coffres à Londres a augmenté de 11% en mars pour atteindre un record, selon la London Bullion Market Association.Ainsi que la chambre forte de Singapour, JM Bullion, l’un des plus grands détaillants de métaux précieux aux États-Unis, prévoit d’ouvrir un entrepôt de 25000 pieds carrés à Dallas en juin qui sera utilisé pour stocker de l’argent et d’autres métaux précieux.Le rôle crucial du métal dans la transition énergétique – c’est un élément clé des panneaux solaires – devrait également stimuler la consommation le long terme. Tout cela a conduit certains analystes à prévoir que l’argent surclassera l’or cette année. « Les perspectives de croissance de la demande d’argent au cours des prochaines années semblent très positives, en particulier dans un large éventail d’applications industrielles, y compris le solaire, la 5G et l’automobile », a déclaré Philip. Klapwijk, directeur général du consultant basé à Hong Kong, Precious Metals Insights Ltd. de Silver Bullion, a déclaré qu’il avait commencé à chercher un entrepôt plus grand il y a deux ou trois ans et que cette décision avait été confirmée l’année dernière lorsque la demande de métal a augmenté pendant la pandémie de coronavirus. «L’idée est d’en faire un bâtiment vraiment emblématique», a-t-il déclaré lors d’une visite de la voûte qui sera connue sous le nom de The Reserve. « Il n’y a pas vraiment d’installation spécialement conçue pour stocker de grandes quantités d’argent en toute sécurité. » Singapour a la réputation d’être un centre financier stable et a pris des mesures pour se positionner en tant que plaque tournante du lingot, exonérant l’or, l’argent et le platine de qualité investissement. L’investissement physique en argent, qui couvre les achats de lingots et de lingots, devrait atteindre un sommet de six ans de 257 millions d’onces en 2021, selon le Silver Institute. , Citigroup Inc. devrait culminer entre 28 et 30 dollars au second semestre, grâce à une demande d’investissement «toujours solide» et à la fin du déstockage physique en Chine et en Inde. Le prêteur voit le prix moyen de 27,30 $ cette année. Morgan Stanley, quant à lui, voit le métal en moyenne 25 $ l’once en 2021, en hausse de 22% par rapport à l’année dernière.L’or, quant à lui, se stabilise après sa première perte trimestrielle depuis 2018 dans un contexte de rendements obligataires élevés et d’optimisme quant à la reprise économique mondiale après la pandémie qui ralentit. demande pour le métal. Citi voit de l’or, qui va actuellement à environ 1 740 $ l’once, chutant à 1 575 $ en six à 12 mois. Silence, il n’y a pas de pénurie d’argent. Le Silver Institute s’attend à ce que le marché mondial reste excédentaire cette année, bien qu’il enregistre le plus bas excédent depuis 2015. Et même dans un contexte de forte demande électronique et automobile ainsi que des investissements croissants dans l’énergie solaire, l’échec de l’argent à briser plus haut suggère que Le prix de l’or, les rendements réels et le dollar américain restent de puissants freins, a déclaré Morgan Stanley dans une note. «Compte tenu de la forte corrélation de l’argent à l’or et de nos perspectives baissières pour le métal jaune au cours des 12 prochains mois, nous prévoyons de l’argent avec l’or. », a déclaré Giovanni Staunovo, stratège chez UBS Group AG. Michael Wittmeyer, PDG de JM Bullion, est plus optimiste. La frénésie des achats alimentée par Reddit a provoqué une hausse de la demande de la part des bogues d’argent existants et a attiré de nombreux investisseurs novices dans le métal, a-t-il déclaré. «Nous essayons simplement d’augmenter notre capacité afin que la prochaine fois que cela se produise, nous pourrons expédier toutes ces commandes plus rapidement.» L’abandon accéléré des combustibles fossiles devrait également fournir un vent arrière durable pour la demande d’argent en tant qu’investissement. dans l’énergie solaire augmente. La Chine, le Japon et la Corée du Sud ont tous fixé des objectifs de zéro carbone l’année dernière, tandis que les États-Unis envisagent de réduire leurs émissions de 50% ou plus par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030.La demande de transition énergétique devrait donner un coup de pouce supplémentaire aux prix, a déclaré Rohit Savant, analyste chez CPM Group. L’argent atteindra en moyenne 27 $ cette année et battra l’or en raison de sa valorisation relativement moins chère et de sa forte demande d’investissement, a-t-il déclaré. L’argent au comptant a chuté de 2% à 24,77 $ l’once à 10 h 40 à New York lundi après avoir gagné 1% la semaine dernière. À Singapour, Gregersen de Silver Bullion est convaincu que tout l’espace actuellement vacant dans son coffre ne sera pas gaspillé. « L’argent est généralement un métal oublié auquel les gens ne se soucient pas vraiment, » dit-il. « Mais ça commence à briller un peu plus et cette tendance se poursuivra. » (Mises à jour avec le prix de l’argent au comptant dans le 16ème paragraphe.) Pour plus d’articles comme celui-ci, veuillez nous rendre visite sur bloomberg.com source de nouvelles. © 2021 Bloomberg LP

(Bloomberg) – Pour Ahmad BinDawood, l’offre d’actions de l’année dernière dans l’épicerie saoudienne éponyme était une chance de façonner son héritage au sein de l’entreprise familiale dans laquelle il travaille depuis l’âge de huit ans, tout en cimentant une fortune de 3,1 milliards de dollars construite au fil des décennies par Alors que l’offre publique d’octobre de BinDawood Holding Co. commençait, des détails sont apparus sur quelque 76 millions de dollars de prêts auparavant non divulgués consentis par la société saoudienne à des membres de la famille. En rupture avec le secret traditionnel associé aux entreprises familiales du royaume, BinDawood, basé à Djeddah, a tout révélé, a suspendu l’introduction en bourse et a donné aux acheteurs la possibilité de récupérer leur argent. environ 500 millions de dollars pour la famille, attirant 29 milliards de dollars d’offres en cours de route. « Nous devons être très transparents avec les investisseurs », a déclaré BinDawood dans une interview à Riyad le mois dernier. «S’il y a une divulgation à tout moment que nous devons faire, nous irons de l’avant et le ferons. Nous avons donc pris cela sur l’épaule et avons décidé de l’annoncer. »Le succès de l’introduction en bourse a contribué à faire de BinDawood, 37 ans, l’un des nouveaux dirigeants saoudiens émergeant dans un monde des entreprises largement interdit aux étrangers jusqu’à ce qu’un il y a quelques années. De plus, cela l’a rendu emblématique d’une volonté de bousculer les méthodes traditionnelles de faire des affaires, en accord avec l’objectif du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane de transformer le royaume riche en pétrole en un centre commercial régional. vu à l’intérieur des magasins BinDawood. Au cours des derniers mois, l’entreprise a fait d’importantes promotions pour la Saint-Valentin et Pâques, une décision impensable il y a à peine quelques années dans un pays qui a toujours adhéré à une interprétation wahhabiste stricte de l’islam. travaillant en faveur de BinDawood. Une décision soudaine de tripler la taxe sur la valeur ajoutée l’année dernière a affecté les dépenses de consommation. La hausse des droits de douane et des frais imposés aux expatriés fait également augmenter les coûts pour les entreprises saoudiennes. Et tout cela à un moment où la pandémie de Covid-19 a attisé le chômage. « Nous restons prudents face à une croissance à court et moyen terme dans l’espace des consommateurs, car la taille du marché diminue en raison du dépeuplement potentiel des expatriés », a déclaré Mehwish Zafar, analyste principal des actions. chez Arqaam Capital à Dubaï qui a une recommandation «hold» sur les actions. La croissance des ventes à périmètre constant sera probablement négative jusqu’en 2022 au moins, a-t-il déclaré, la croissance ne provenant que de nouvelles ouvertures de magasins ou d’acquisitions.Les actions de BinDawood ont bondi de plus de 30% dans les jours qui ont suivi la vente. Ils ont depuis reculé, affichant dès lundi un gain d’environ 11,5% par rapport au prix de cotation.C’est une performance qui a contribué à étayer la tentative de la famille de se diversifier dans d’autres actifs tout en renforçant le cœur de métier, un objectif identifié par Ahmad BinDawood comme clé. pour éviter que le genre de conflit que son père craignait ne sape l’entreprise alors qu’elle passait à une nouvelle génération. « La majorité des entreprises familiales ne survivent pas à la transition vers la troisième génération, et c’est quelque chose qui préoccupait beaucoup mon père », BinDawood Progrès des pèlerins La montée en puissance de l’entreprise BinDawood a pris environ 40 ans. Autrefois un petit vendeur de parfums et de produits d’épicerie arabes aux pèlerins visitant les lieux saints islamiques de La Mecque et de Médine, c’est maintenant une entreprise nationale couvrant les supermarchés et les hypermarchés, les hôtels et les centres de distribution. L’épicerie à elle seule emploie plus de 10 000 personnes dans 74 magasins. Le destin d’Ahmad BinDawood a été scellé dès que son père, Abdulrazzag BinDawood, a obtenu son diplôme dans les années 1980 de l’université King Fahd du pétrole et des minéraux de Dhahran. Au lieu de suivre ses pairs dans l’industrie pétrolière, il a décidé de rejoindre ses frères Ismail et Abdullah dans leur commerce de détail en plein essor. C’est pourquoi Ahmad s’est retrouvé en première ligne à un si jeune âge. À huit ans à peine, il aidait à vendre des articles aux pèlerins pendant ses vacances scolaires, jaloux des amis qui étaient absents pour éviter les étés torrides d’Arabie saoudite. «Nos amis voyageaient et partaient en s’amusant et parfois nous demandions: pourquoi pas nous?  » Dit BinDawood. «Mais cette expérience a construit la passion en nous de rester dans l’entreprise que notre père et nos oncles ont bâtie.» Une décision de pousser dans les achats et la livraison en ligne a aidé à préparer l’entreprise à des verrouillages pendant la pandémie de coronavirus, mais n’a pas pu contrebalancer le coup. de l’absence de touristes religieux empêchés d’entrer dans le royaume pendant une grande partie de l’année. Alors que les bénéfices ont grimpé de près de 7% l’année dernière, ils ont chuté de plus de 53% au quatrième trimestre, l’Arabie saoudite ayant réimposé les restrictions de voyage. comme leurs chiffres précédents restent incertains. La prochaine étape pourrait être l’achat d’une chaîne d’épicerie rivale pour se développer dans les pays voisins, a déclaré BinDawood. Dans le même temps, le produit de l’introduction en bourse aidera à développer davantage le family office BinDawood Group, que le père d’Ahmad dirige actuellement. Cette fortune, qui est répartie entre plusieurs membres de la famille, est estimée à environ 3,1 milliards de dollars, selon l’indice Bloomberg Billionaires. famille », dit-il. «Nous sommes en train de construire le family office et de recruter les bons talents.» De plus en plus d’entreprises familiales suivront probablement les traces de BinDawood. L’introduction en bourse de Saudi Aramco en 2019, que de nombreux Saoudiens n’auraient jamais cru voir, «a été un moteur massif pour motiver les familles à rendre publiques leurs entreprises en exploitation pour les aider à développer leurs entreprises et à générer de nouvelles richesses», a déclaré Tayyab Mohamed, cofondateur. Pour tous les défis, Ahmad BinDawood est optimiste, citant son implication de longue date dans l’entreprise comme la base du succès. «Le commerce de détail est désormais ancré dans notre ADN», a-t-il déclaré. (Les mises à jour partagent les performances dans le neuvième paragraphe.) Pour plus d’articles comme celui-ci, veuillez nous rendre visite sur bloomberg.com Abonnez-vous maintenant pour rester en tête avec la source d’information commerciale la plus fiable. © 2021 Bloomberg LP

La France renfloue Air France-KLM en détresse via une émission d’actions d’un milliard d’euros qui va plus que doubler sa participation dans la compagnie aérienne à près de 30% tandis que ses copropriétaires néerlandais ont exclu de participer au refinancement, aux termes d’un projet d’augmentation de capital montré lundi. Air France-KLM a déclaré dans un communiqué qu’elle avait lancé une émission d’actions pour lever environ 988 millions d’euros (1,2 milliard de dollars) pour renforcer sa liquidité et financer ses besoins généraux dans le contexte de la crise du COVID-19. L’Etat français, qui détient 14,3% du capital de la compagnie aérienne, s’est engagé à souscrire à hauteur de 65,9% au maximum de l’augmentation de capital, afin de ne pas détenir plus de 29,9% du capital de la société à l’issue de l’opération.

Le directeur financier de HSBC et de Huawei Technologies, Meng Wanzhou, est parvenu à un accord dans un différend concernant la publication de documents relatifs à des allégations de fraude américaines à son encontre, ont déclaré leurs avocats à un tribunal de Hong Kong. Le différend juridique a atteint le tribunal de Hong Kong le mois dernier après qu’un juge britannique a bloqué en février la publication de documents internes de la HSBC relatifs aux allégations de fraude contre Meng.

Titre associé :
Nvidia Analyst Day Preview : Ce que vous devez savoir, selon RBC
Stock XOM: Objectif de 64 $ par Credit Suisse
AMD Stock – Nvidia (NVDA) et Okta (OKTA)
Les analystes offrent des informations sur les entreprises technologiques: Nvidia (NVDA) et Okta (OKTA)

Ref: https://finance.yahoo.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!