Ebene Magazine – Les musulmans naviguent dans les restrictions lors de la deuxième pandémie du Ramadan

0
0

LE CAIRE – Pour le Ramadan de cette année, Magdy Hafez aspire à récupérer un rituel précieux: effectuer à nouveau les prières de groupe nocturnes appelées taraweeh à la mosquée.

L’année dernière, le coronavirus a bouleversé la routine de l’Égyptien de 68 ans qui consiste à se rendre à la mosquée pour effectuer ces prières, traditionnelles pendant le mois le plus sacré de l’islam. La pandémie a perturbé le culte islamique dans le monde entier, y compris en Égypte où les mosquées ont été fermées aux fidèles le Ramadan dernier.

«Je vais à la mosquée depuis 40 ans, donc c’était vraiment une chose très, très, difficile», a-t-il déclaré. «Mais notre religion nous ordonne de nous protéger les uns les autres.»

L’Egypte a depuis autorisé la plupart des mosquées à rouvrir pour les prières communales du vendredi et pour ce Ramadan, elle les laissera tenir le taraweeh, également avec des précautions, notamment en raccourcissant sa durée.

Le ramadan, qui commence mardi en Égypte, à Bahreïn, au Qatar, aux Émirats arabes unis, en Arabie saoudite et à Oman, survient alors qu’une grande partie du monde a été frappée par une nouvelle vague de coronavirus intense. Pour de nombreux musulmans qui traversent des restrictions, cela signifie que les espoirs d’un meilleur Ramadan que l’année dernière ont été anéantis par la flambée des taux d’infection, bien que les réglementations varient selon les pays.

Moment de jeûne, de culte et de charité, le Ramadan est aussi le moment où les gens se rassemblent généralement pour prier, se rassemblent autour de repas de fête pour rompre leur jeûne d’une journée, se pressent dans les cafés et échangent des visites.

Une fois de plus, certains pays imposent de nouvelles restrictions. Mais l’inquiétude est vive que les rituels communautaires du mois ne provoquent une nouvelle vague.

«Le manque d’adhésion qui s’est produit le Ramadan dernier, la levée hâtive du couvre-feu imposé à l’époque et la réouverture des lieux de congrégations … ont entraîné de graves conséquences qui ont duré des mois», a déclaré Ahmed Al-Mandhari, de l’Organisation mondiale de la santé. directeur régional de la Méditerranée orientale.

« Nous sommes très inquiets de voir se reproduire ce qui s’est passé le dernier Ramadan, d’autant plus que le Ramadan coïncide avec une autre fête importante, qui est Pâques », a-t-il déclaré par e-mail. Les chrétiens orthodoxes célèbrent Pâques le 2 mai.

Au Pakistan, le nombre de nouveaux cas est passé de moins de 800 par jour au début du mois l’année dernière à plus de 6 000 par jour quelques semaines après la fin du ramadan. Les responsables ont largement attribué cette augmentation au non-respect des restrictions par les Pakistanais. Après un plongeon, le pays est de retour à plus de 5 000 nouveaux cas par jour.

L’Iran a entamé samedi un verrouillage de 10 jours au milieu d’une forte augmentation des infections qui a suivi un jour férié de deux semaines pour Nowruz, le Nouvel An persan.

Des difficultés économiques se profilent également au cours du mois pour beaucoup. Dans la Syrie déchirée par la guerre, Abed al-Yassin était préoccupé par ce à quoi ressemblera son iftar – le repas au coucher du soleil rompant le jeûne – cette année.

«Il sera même difficile d’avoir du fattoush», a déclaré al-Yassin, faisant référence à une salade qui est un aliment de base du mois sacré dans son pays.

Il passe son deuxième Ramadan dans une colonie de tentes près de la frontière turque après avoir été chassé de sa ville natale l’année dernière lors d’une offensive gouvernementale soutenue par la Russie qui a déplacé des centaines de milliers de personnes.

«Notre souhait principal est de rentrer chez nous», a déclaré al-Yassin, qui vit avec sa femme, ses trois fils et sa fille dans une tente. Il dépend principalement de l’aide alimentaire, a-t-il déclaré. Les résidents du camp ont récemment reçu des sacs de lentilles, de pâtes et de boulgour et reçoivent du pain quotidiennement.

Le Liban est en proie à la pire crise économique et financière de son histoire moderne, exacerbée par la pandémie et une explosion meurtrière massive à Beyrouth en août.

«Nous traversons une période où certaines personnes jeûnent, que ce soit pendant le Ramadan ou non», a déclaré Natalie Najm, courtier en assurance. Même avec son travail, elle peut à peine couvrir les frais de nourriture, a-t-elle déclaré. «Qu’en est-il des autres qui ont perdu leur emploi?»

Pour éviter les grands rassemblements pendant le Ramadan, l’Arabie saoudite a interdit aux mosquées de servir l’iftar et le suhoor, un repas juste avant le début du jeûne au lever du soleil.

De nombreux chefs religieux musulmans, y compris en Arabie saoudite, ont tenté de dissiper les inquiétudes concernant l’obtention du vaccin contre le coronavirus pendant le Ramadan, affirmant que cela ne constituait pas une rupture du jeûne.

Les nouvelles infections dépassant les pics antérieurs en Inde, les érudits musulmans ont appelé leurs communautés à suivre strictement les restrictions et à s’abstenir de grands rassemblements, tout en demandant aux volontaires et aux anciens de s’occuper des nécessiteux.

Le ramadan de l’année dernière en Inde a été entaché par la montée de l’islamophobie à la suite d’accusations selon lesquelles une augmentation initiale des infections était liée à une réunion de trois jours d’un groupe missionnaire islamique, le Tablighi Jamaat, à New Delhi.

Au Pakistan, les autorités autorisent les mosquées à rester ouvertes pendant le Ramadan avec des règles en place qui incluent l’interdiction des fidèles de plus de 50 ans et l’exigence de masques.

Mais étant donné que les règles y ont été largement ignorées l’année dernière, les médecins ont demandé au gouvernement de fermer les mosquées.

«Nous sommes très préoccupés par les rassemblements», a déclaré dimanche le Dr Qaiser Sajjad, secrétaire général de l’Association médicale du Pakistan. Il a exhorté le gouvernement et les religieux pakistanais à élaborer un meilleur plan pendant le Ramadan pour arrêter la propagation du virus.

«Nous devons apprendre de l’année précédente», a-t-il déclaré. Sajjad appelle à un verrouillage complet de la ville orientale de Lahore.

L’Afghanistan laisse aux fidèles le soin de veiller les uns sur les autres, de garder leurs distances et de rester à l’écart des mosquées s’ils se sentent malades.

« Sauver une vie humaine est une obligation … vous ne pouvez pas mettre la vie d’un être humain en danger ou en danger du tout », a déclaré Sayed Mohammad Sherzadi, chef du département du Hajj et des affaires religieuses de la province de Kaboul.

La Malaisie a mis en place certaines restrictions de mouvement et a déclaré une urgence de coronavirus qui a suspendu le Parlement jusqu’en août à la suite de pics d’infections. Mais il a levé l’interdiction de l’année dernière des prières du taraweeh et des bazars du Ramadan, qui vendent de la nourriture, des boissons et des vêtements, bien que des mesures strictes soient en place.

De retour en Égypte, Nouh Elesawy, sous-secrétaire aux affaires des mosquées au ministère des Dotations du pays, a adressé un message aux fidèles avant le début du mois: «Si vous voulez que les maisons de Dieu restent ouvertes, respectez les procédures de précaution et règlements. »

En Égypte, des panneaux d’affichage géants portant les visages de célébrités annoncent la série télévisée du Ramadan, un passe-temps favori pour beaucoup. Dans les marchés animés autour de la mosquée Al-Sayeda Zainab du Caire, les acheteurs ont parcouru les étals remplis de lanternes décoratives du Ramadan aux couleurs vives, inspecté les offres et négocié un accord.

Dans un autre quartier du Caire, des gens ont posé avec une lanterne géante du Ramadan dominant une rue et ont pris des photos.

Une tradition du Ramadan en Egypte qui reste une victime du virus pour la deuxième année est les «Tables du Compatissant», des iftars de charité communautaire où des inconnus rompaient le pain ensemble à des repas gratuits servis sur de longues tables dans la rue.

Neveen Hussein, 48 ans, a déclaré que ses collègues lui avaient apporté des «sacs de Ramadan» remplis de riz, d’huile, de sucre et d’autres produits de base pour les distribuer aux familles dans le besoin. C’est une tradition annuelle, a-t-elle dit, rendue plus urgente par une pandémie qui a nui aux moyens de subsistance de bon nombre de ceux qui luttent déjà.

«C’est un mois de miséricorde», dit-elle. «Dieu est généreux et c’est un mois de générosité.»

Gannon a rapporté d’Islamabad et Mroue de Beyrouth. Des journalistes d’Associated Press du monde entier ont contribué à ce rapport.

La couverture religieuse d’Associated Press reçoit le soutien de la dotation Lilly via The Conversation U.S. L’AP est seule responsable de ce contenu.

Vote
Résultats> Archives>

Titre associé :
Les musulmans naviguent dans les restrictions de la deuxième pandémie du Ramadan
Prières Tarabi raccourcies dans deux mosquées sacrées en Arabie saoudite
Ramadan 2021: les musulmans du monde entier naviguent dans les restrictions au cours de la deuxième année de la pandémie de coronavirus

Ref: https://www.newwestrecord.ca

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!