Ebene Magazine – Markus Günthardt: « Avoir des matchs au deuxième tour qui pourraient être des finales du Grand Chelem »

0
0

Markus Günthardt est le directeur du tournoi du Grand Prix de tennis Porsche depuis 2005. tennisnet.com a demandé une interview aux Suisses.

tennisnet: M. Günthardt, la 44e édition du Grand Prix Porsche a l’un des meilleurs terrains de départ de son histoire. Malheureusement, vous ne pouvez saluer aucun spectateur. À quel point est-ce frustrant pour le directeur du tournoi?

Markus Günthardt: En fait, j’ai laissé la frustration derrière moi. En ce qui concerne l’audience, nous ne nous sommes pas fait beaucoup d’illusions ces derniers temps. Au cours des années en tant que directeur de nombreux tournois, j’ai quand même appris une chose: vous n’avez jamais de produit fini devant vous, vous êtes toujours dans un mouvement dynamique, jusqu’au dernier moment. Cela signifie que vous jetez un regard sobre sur ce qui se passe et que vous agissez de manière orientée vers la solution. Toute autre chose vous détruirait.

Günthardt: Nous avons reçu très tôt le signal de Porsche en tant qu’organisateur que le tournoi devait se dérouler sans spectateurs si nécessaire. Cela nous a beaucoup facilité la planification. Nous sommes bien sûr mieux préparés à la situation maintenant, contrairement à 2020, lorsque la pandémie nous a pris au dépourvu en tant qu’organisateurs, comme une tournée de tennis en général. Nous avons également une expérience importante d’autres compétitions qui ont été intégrées à notre stratégie. Nous voulons simplement tirer le meilleur parti de la situation maintenant et nous espérons de toute urgence que l’année prochaine, il y aura à nouveau beaucoup plus de normalité. La proximité de notre hôtel de tournoi avec la Porsche Arena offre également la plate-forme pour créer un environnement sûr pour les joueurs et leurs équipes.

Günthardt: Nous voyons également une opportunité dans la crise. À savoir l’entrée plus forte dans le monde numérique. Et puis je dois juste regarder mes propres enfants et leur consommation médiatique pour voir que nous devons y mettre beaucoup plus de poids. Si les enfants regardent la télévision, ils ont au moins leur téléphone portable en main, ils regardent YouTube, Instagram ou Tiktok. Nous voulons cibler plus fortement ces groupes cibles plus jeunes avec des offres amusantes et originales. Mais nous proposerons également quelque chose comme une télévision de tournoi, où vous pourrez regarder les coulisses, être votre propre réalisateur et basculer activement dans différentes perspectives de caméra. Nous diffusons également en direct et librement accessibles tous les matchs individuels avec notre propre commentateur germanophone sur le site Web du tournoi à porsche-tennis.com. Et nous lancerons également une initiative où les fans pourront postuler pour commenter les jeux. J’attends la réponse avec impatience.

tennisnet: L’Open d’Australie a dû investir plusieurs millions de dollars dans le concept d’hygiène, cela a fait un gros trou dans le budget. Comment est-ce à Stuttgart?

Günthardt: Nous sommes bien sûr beaucoup plus petits qu’un tournoi du Grand Chelem avec son énorme opération. C’est plutôt l’effort organisationnel qui est vraiment massif. Le régime de test régulier, la transformation de l’hôtel du tournoi en une sphère isolée, la fameuse bulle. Les mesures de nettoyage et de désinfection, la division des nombreux assistants en différents groupes, qui doivent se réunir le moins possible et qui ont des points d’accès différents dans l’arène. Chez nous, ce sont les catégories or, argent et bronze, en particulier: l’or ne doit pas rencontrer l’argent ou le bronze, même dans la restauration ou ailleurs. Chaque individu porte un haut niveau de responsabilité pour l’ensemble, mais a également été formé et préparé à ce défi plus intensément que jamais.

tennisnet: De nombreux joueurs ont récemment parlé de leurs problèmes de vie dans la bulle, de difficultés de motivation.

Günthardt: Je peux le comprendre. De nombreux joueurs voyagent de bulle en bulle depuis des mois, ne voyant rien d’autre que des installations de tournois et des hôtels. C’est un fardeau psychologique. C’est pourquoi nous voulons offrir autant de divertissements et d’activités que possible dans l’hôtel et aussi créer une distraction par rapport au tennis. Bien sûr, vous pouvez dire. Ils gagnent beaucoup d’argent et sont toujours privilégiés. Mais ce n’est toujours pas facile pour ces jeunes.

Günthardt: C’est évident. Certains qui peuvent se le permettre disent après trois semaines de tournois avec Bubble Life: Maintenant, je vais juste faire une pause. Mais la plupart d’entre eux ne peuvent pas se le permettre, ils doivent jouer pour joindre les deux bouts. Et il y a aussi ceux qui doivent garder le rythme et perdre leur forme dans les pauses. Dans cette situation difficile, en tant qu’organisateurs, nous ne pouvons faire qu’une chose: offrir les meilleures conditions-cadres possibles tout en offrant un peu du facteur de bien-être typique pour lequel Stuttgart est connue.

Günthardt: Bien sûr, je pense à Ashleigh Barty, numéro un mondial. Il n’est jamais allé à Stuttgart et célèbre maintenant sa première. Sofia Kenin, la gagnante de l’Open d’Australie 2020, fait également ses débuts. Ce sont de nouveaux noms, de nouveaux visages ici que j’attends avec impatience. Mais je n’ai pas de joueur favori maintenant, je suis ravi de voir quel terrain solide nous pouvons faire évoluer année après année, même avec des champions précédents comme Petra Kvitova, Karolina Pliskova ou Angelique Kerber. En termes de distribution, nous avons des matchs au deuxième tour qui pourraient être des finales du Grand Chelem.

tennisnet: Dans le passé, le Grand Prix de tennis Porsche a également été gâché par les bonnes performances des joueurs allemands. Maintenant, cependant, l’accent est davantage mis sur un écart important derrière la génération dorée qui prend lentement sa retraite.

Günthardt: Je devrais mentir si je disais. Cela ne fait aucune différence que nous ayons des joueurs allemands qui réussissent ou non. Vous avez déjà besoin d’acteurs nationaux forts, dans le meilleur des cas aussi ces histoires de héros locaux comme avec Angie Kerber ou Laura Siegemund ces dernières années. Sinon, nous aurons besoin de patience jusqu’à ce que les jeunes Allemands avancent à nouveau. Il y aura une période de sécheresse, qui devient apparente. Mais dans l’histoire des tournois, nous avons toujours réussi à mettre en scène un produit global réussi avec un champ de classe mondiale – quels que soient les joueurs individuels.

Ref: https://www.tennisnet.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!