EbeneMagazine – FR – Biathlon: Fillon-Maillet veut « gagner et gagner exclusivement »

0
2

. .

Le championnat du monde de biathlon se poursuivra ce samedi à Kontiolahti, en Finlande, avec le 20 km individuel hommes à 11 h et le 15 km individuel femmes à 14 h.. 20 heures. Une reprise à huis clos et avec un horaire perturbé en raison de la situation sanitaire. Après les craintes d’un cas de Covid-19 dans le staff médical, les Bleus prendront le départ de ce premier week-end de course. Français sans leur star Martin Fourcade, désormais jeune retraité, et ses sept grosses boules de cristal.

Il vous manque un être, mais tout n’est pas forcément dépeuplé! L’équipe de France a brillé la saison dernière avec trois Bleus dans le top 6 du classement général. Quentin Fillon-Maillet, qui a terminé troisième au général lors des deux dernières saisons, se sent prêt à prendre le relais. Le Jurassic de 28 ans ne cache pas ses ambitions personnelles: faire tomber le Norvégien Johannes Boe et suivre Martin Fourcade dans les vainqueurs de la Coupe du monde.

C’est un énorme soulagement et un bon coup de boost. Tout peut changer d’un instant à l’autre. Il y avait des inquiétudes parce que nous faisions tous de gros efforts et quand nous avons rencontré des problèmes comme celui-ci lors de la première course, c’est effrayant.. Nous ne sommes pas la seule équipe à avoir été confrontée à cela. Espérons que lorsque tous les tests reviendront et que la vessie sera en place, nous pourrons travailler plus librement dans nos têtes. On va garder ce fonctionnement des couples, mais ça diminue un peu les liens sociaux. On mange toujours avec la même personne, on rencontre toujours la même personne. . . Mais cela aide au moins à réduire les cas de contact et à limiter la propagation possible de l’épidémie. Nous avons une épée de Damoclès sur nous et c’est un peu lourd, mais j’espère que les choses peuvent fonctionner plus normalement avec un peu de brossage dessus. Cela m’a demandé beaucoup d’énergie car j’aurais été très frustré de ne pas courir car j’étais en contact avec un cas de contact. Quelque chose que vous ne pouvez pas contrôler est très frustrant.

La fin de la préparation s’est bien passée, nous avons réalisé quelques chronos qui se sont bien déroulés. Les sensations sont bonnes et la sérénité aussi. Je suis toujours très impatient de me libérer et de savoir comment s’est déroulée cette préparation, car je soupçonne que ce n’est pas mal, mais dans quelle mesure cela me permet d’obtenir une première victoire, un podium ou moins . . . Nous verrons. Le but de la préparation était de remporter le plus de victoires possible à chaque course. J’ai travaillé pour ça donc je serai déçu si je ne monte pas sur le podium lors des prochaines courses.

Pendant la préparation, il n’y avait pas que du travail physique ou du tournage. Il y avait aussi un travail mental qui m’a dit que je m’entraîne pour gagner et seulement pour gagner. Bien sûr, tout ne sera pas gagné cet hiver, quand cela arrivera, ce sera tout simplement merveilleux. Mais on fait du biathlon et il y a toujours des passages vides, il faut aussi accepter les défaites. Mais je peux vraiment gagner en optique et être encore plus cohérent que d’habitude sur ce premier point. C’est un vrai défi pour moi. Il n’est pas facile d’atteindre cet objectif. Il faut tout mettre le grand jour, il faut être là quand on tire, sur ses skis, pour ne pas être malade. Ce travail mental est important pour me dire qu’à chaque course, il faut viser la victoire, pas seulement un podium.

Il y a d’abord et avant tout le travail mental sur la carabine, car aujourd’hui c’est mon point faible et ici je dois me développer pour être régulier et me battre pour la victoire à chaque fois. Je dois accepter l’erreur d’enregistrer moins. Sur les skis, essayez de vous impliquer davantage dans chaque entraînement. Je travaille sur cet aspect avec mes deux formateurs Vincent Vittoz et Patrick Favre et j’essaye d’absorber des informations de partout. Je regarde beaucoup de reportages sur les grands athlètes afin de pouvoir me plonger dans certains athlètes qui ont un charisme très fort et qui réussissent à gagner à chaque course ou événement. Des athlètes comme Teddy Riner. Il m’inspire car il a presque tout gagné jusqu’à présent et peut continuer à gagner malgré tout, même s’il a atteint tous ses objectifs d’enfance. Bien sûr, j’avais Martin Fourcade, qui m’a beaucoup aidé. Il est très fort et, je le dis beaucoup, pour moi c’est le pire perdant que je connaisse. Et c’est justement cet esprit, qui n’est pas toujours bien accueilli, qui l’a beaucoup aidé dans la compétition. Je ne veux pas être un mauvais perdant, mais j’essaie d’adopter certaines attitudes qui pourraient m’aider à remporter des victoires.

C’est une sorte de débat avec mes coachs . . . Avec l’association, avec beaucoup de monde, les choses peuvent mal tourner car elles ne sont pas toujours bien reçues. Excès, dans tous les sports. Après aujourd’hui, et cela reste mon point de vue, on a le droit de crier, de pleurer après avoir franchi la ligne, on a le droit de pleurer sur un podium pour montrer notre joie, on a le droit pour montrer notre tristesse. Mais nous n’avons pas le droit de montrer notre colère. Je veux comprendre que nous sommes un athlète de haut niveau et que nous devons avoir un certain contrôle sur nous-mêmes. Mais aujourd’hui, je ne regrette pas ce qui est arrivé à Martin à Nove Mesto ou à Hochfilzen parce que j’étais en colère ce jour-là et que je voulais le montrer, et je ne reprendrai pas mes actions.. Après cela, je peux comprendre que cela a peut-être choqué certaines personnes, mais je me suis excusé auprès de mes techniciens de Nove Mesto et ils ne me blâment pas car ils comprennent qu’après une course, nous pouvons être nerveux.. J’ai joué le maillot rouge et la boule de cristal gros au départ de masse, j’avais de grandes sensations de ski et un bon tir et ce jour-là je voulais vraiment gagner et obtenir ce maillot rouge. Et j’ai été puni par mes skis ce jour-là donc c’était très, très ennuyeux d’être si proche mais de ne pas réussir. C’était frustrant. Je veux aussi montrer mes sentiments s’ils sont bons ou mauvais avant, pendant et après les courses. Cela fait partie du sport, je pense peut-être différemment, mais je ne changerais pas nécessairement d’attitude face à une situation future.

Nous avons eu de nombreux résultats qui allaient au-delà de ceux de Martin et qui confirmaient le niveau de l’équipe de France. Donc on ne va pas du tout dans l’inconnu pour dire qu’on a fait ça, on a perdu notre talent et on ne sait plus où on va. Nous avons vraiment une équipe très forte et avons pu travailler avec une équipe légèrement différente, mais dans le bon sens. La question n’était pas de savoir comment nous allions fonctionner avec ou sans Martin. Les choses se sont déroulées naturellement. Chacun dans l’équipe a trouvé sa place. Tout s’est bien passé, il ne manquait pas de Martin. Il nous a toujours beaucoup donné, mais maintenant nous pouvons trouver notre fonctionnement sans lui. Une équipe qui a des objectifs forts et qui sait où elle va.

J’espère que nous deviendrons encore plus forts et que nous pourrons encore plus rivaliser avec Johannes. C’est un athlète très fort, je ne sais pas quelle était sa motivation cet été, comment s’est passée sa préparation. Nous avions quelques informations sur les articles mais rien pour juger des performances pour cet hiver. L’équipe de France a vraiment fait un excellent travail. Nous avons une équipe dynamique qui s’entend très bien. Je pense clairement que nous sommes allés de l’avant et ne sommes pas revenus alors j’espère que nous sommes encore meilleurs que l’an dernier et en tout cas j’ai trouvé une très bonne équipe, j’ai apprécié travailler avec eux, j’ai besoin de celle-ci Equipe aussi pour avancer, car nous sommes tous très forts et cela nous permet d’avancer encore plus loin. J’espère que nous pourrons au moins montrer des choses aussi belles que l’année dernière.

Texte du commentaire

Biathlon, Quentin Fillon Maillet, Martin Fourcade, Kontiolahti, Simon Desthieux

EbeneMagazine – FR – Biathlon: Fillon-Maillet veut « gagner et gagner exclusivement »
. . Titre associé :
L& # 39; Hommage à Tony Estanguet à Martin Fourcade
Quentin Fillon-Maillet, Emilien Jacquelin, Simon Desthieux. . . Qui est le mieux à même de retirer le flambeau . . .

Biathlon: le blues a-t-il un avenir sans Martin Fourcade?
Biathlon: La vie sans le Catalan Martin Fourcade, un grand vide et de grandes incertitudes
Biathlon: Fillon-Maillet prend la tête
Actualités du monde – FR – Biathlon: Fillon-Maillet veut « gagner et gagner exclusivement »
LevelMagazine – FR – L& # 39; Hommage de Tony Estanguet à Martin Fourcade
Biathlon: Fillon Maillet et Jacquelin , de grandes ambitions et l’ombre du roi Fourcade
L& # 39; L’équipe de France débute sa saison en Finlande

Ref: https://rmcsport.bfmtv.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Partners:

Journal D’Afrique (https://www.journaldafrique.com/)

Ebene News (https://www.ebenenews.com/)

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici

Vidéo du jour: De la cocaïne retrouvée dans une école maternelle de Seine Saint Denis, deux enfants hospitalisés

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments]