Oise : paralysée par les gens du voyage, la société met ses salariés au chômage

    0
    76

    Déjà fortement touchée par la crise sanitaire, l’entreprise le Lu ne peut plus expédier ses commandes après que des caravanes se sont installées sur son parking. Quinze salariés se retrouvent au chômage partiel.

    « C’est vraiment la double peine ». Pierre Mouragaya est en colère. Le PDG de l’entreprise le Lu craint pour l’avenir de cette dernière, installée en périphérie de Compiègne, à Rémy. Ce spécialiste de l’emballage et de produits dédiés à l’art de la table emploie quinze salariés. Fortement fragilisée depuis le début de la pandémie de Covid-19, l’activité est, depuis samedi, perturbée cette fois par l’installation de gens du voyage sur place.

    Entre 40 et 50 caravanes ont pris position sur le site de l’entreprise qui travaille pour l’événementiel en fournissant vaisselle et autres couverts. « Nous n’avons aucune possibilité de livrer nos clients car l’entrepôt où nous stockons nos marchandises haut de gamme est entièrement bloqué, déplore le PDG. On a déposé plainte et on attend qu’un arrêté préfectoral soit pris. Nos salariés sont au chômage partiel. C’est la troisième fois en cinq ans que ça arrive. »

    «On paye des vigiles pour surveiller les lieux»

    En 2017, selon le PDG, quinze robinets avaient été volés, les lavabos cassés et la toiture avait été détériorée à la suite du vol de câbles électriques. « Nous avions dépensé 350 000 euros pour remettre l’électricité aux normes. Là, on paye des vigiles pour surveiller les lieux. On ne sait pas si on se relèvera. »

    « Lors du confinement, nous avions déjà perdu 40 % de notre chiffre d’affaires, rappelle Hector Gaete, le directeur commercial de l’enseigne. C’était une baisse d’activité record. Nous avons tenu malgré tout. Mais là… »

    Les gens du voyage assurent de leur côté qu’ils pensaient le site abandonné. « On vient de Pontpoint. On a vu que l’herbe était haute, on ne pensait pas qu’on allait gêner. A l’aire d’accueil de Jaux, c’est complet. On ne sait plus où aller. Tant qu’on ne vient pas nous déloger, on reste. »


    SOURCE: https://www.w24news.com

    Partners:

    Journal D’Afrique (https://www.journaldafrique.com/)

    Ebene News (https://www.ebenenews.com/)

    Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici

    Vidéo du jour: De la cocaïne retrouvée dans une école maternelle de Seine Saint Denis, deux enfants hospitalisés

    Laisser un commentaire, votre avis compte!

    Laisser un commentaire, votre avis compte!